Les Bayonnais ont mal à leur ville…

musée-bonnat-bayonne« Les Bayonnais ont mal à leur ville…

Depuis maintenant bientôt un an et demi, bien peu de choses leur auront été épargnées : reniement immédiat des promesses de campagne sur la baisse de la fiscalité, une réforme des rythmes scolaires mise en place par-dessous la jambe, la mauvaise comédie devant l’école de la Citadelle, la vraie/fausse expulsion de « Roms » afin de racoler les voix du Front National entre les deux tours des élections, les tergiversations interminables et au moins un an de perdu sur le dossier du Transport en commun en site propre, l’abandon des festivals culturels les plus emblématiques de la ville… Et je crains de ne pas être exhaustif…

Le plus inquiétant, c’est qu’à mesure que l’on avance dans ce mandat (et ce n’en est en principe que le début), plus les fiascos et les désillusions s’enchainent et se multiplient, notamment ces dernières semaines : l’échec retentissant de Kulture Sport, votre duplicité et vos revirements incessants sur l’épisode de la « fusion », la cacophonie à la communauté d’agglomération sur la question institutionnelle et territoriale, le matraquage soudain et furtif des habitants des quartiers du centre sur le stationnement, et puis désormais ce dossier du Musée Bonnat et les dégâts collatéraux qu’à travers lui vous causez sur l’école du Petit Bayonne

Cette affaire est malheureusement tristement révélatrice de la gouvernance erratique qui est la vôtre…

Fin juin, on apprenait de manière tout à fait cavalière l’abandon du projet de réserves mutualisées. Aucune information n’en a été donnée à la représentation municipale. Le Président du Syndicat Mixte du Musée Basque s’est montré autrement plus démocrate et transparent que vous devant son conseil syndical, faute de quoi on n’en saurait encore rien d’ailleurs…

Un projet avorté dont le coût pour la ville tutoiera les 200 000 € tout de même car le concours de maitrise d’œuvre a bien eu lieu, les études ont été engagées et il a fallu par conséquent rémunérer les équipes d’architectes : de l’argent public jeté par les fenêtres… Un projet avorté qui nous aura aussi fait perdre trois années précieuses depuis 2012… Un projet qui aura avorté en grande partie du fait de l’absence de portage politique de ce dossier auprès des instances culturelles nationales notamment : chacun sait qu’il aurait fallu émarger au Plan Musées avant le 31/12/2013 pour bénéficier des aides les plus substantielles de l’Etat. Cela n’a pas été fait et c’était pourtant la responsabilité du premier adjoint de l’époque en charge de la culture. Le constat est clair : vous avez été négligent et vous avez failli dans cette tâche, et ce sont les Bayonnais qui en payent aujourd’hui l’addition…

Aujourd’hui que nous propose-t-on, en désespoir de cause ? D’en revenir à une idée très ancienne. Celle de l’extension du Musée Bonnat sur les locaux de l’école élémentaire mitoyenne de la rue Jacques Lafitte.

C’est une solution à laquelle nous pourrions souscrire afin de débloquer ce dossier que vous avez enlisé depuis 2011. Mais nous ne le ferions qu’à une condition : que l’on maintienne cette école au Petit Bayonne, dans l’intérêt des enfants, des familles, du quartier et de tous ses habitants. Et nous n’en démordrons pas…

Inutile d’insister sans doute sur l’absurdité éducative de vouloir entasser 80 enfants de plus dans l’école du Grand Bayonne qui en accueille déjà 170 à l’étroit dans ses locaux. C’est d’une telle évidence ! Mais il s’agit aussi d’un grave contresens en matière de politique urbaine, alors que la construction d’une ville durable et éco-responsable passe par la revitalisation des quartiers du centre qui sont des quartiers habités et qui ont vocation à l’être davantage encore : c’est bien le sens du PNRQAD. De ce point de vue, la fermeture d’une école comme l’augmentation des tarifs de stationnement résidents témoignent d’un manque très inquiétant de cohérence. Nous vous appelons à vous ressaisir sur ces deux questions. Nous avons, cela dit, entendu à l’instant votre propos liminaire qui semble vouloir marquer une inflexion en la matière dont nous souhaitons pouvoir nous féliciter dans les semaines ou les mois à venir.

Il existe des possibilités de relocalisation de l’école élémentaire au Petit Bayonne. Nous en avons proposé une qui présente de nombreux avantages, celle du regroupement sur le site de l’école maternelle, rue de Ravignan. Elle permet de répondre à la plupart des enjeux : maintien d’une école de plein exercice au Petit Bayonne, unité de lieu avantageuse pour les enfants, les familles et la collectivité, valorisation d’un espace patrimonial, utilisation à moindres frais d’un foncier municipal sur lequel on ne pourrait rien faire d’autre. Nous souhaitons que cette proposition soit sérieusement prise en compte. C’est une nécessité non seulement en terme de politique éducative, compétence fondamentale de la commune, mais aussi en matière de politique urbaine.

Cette affaire du Musée Bonnat et de l’école révèle encore autre chose qu’un simple défaut de connaissance et de vision sur la ville : un manque de courage, de responsabilité politique et d’esprit démocratique.

Alors que vous claironnez sur toutes les ondes et à travers tous les journaux une démarche de « participation citoyenne », la gestion de cette affaire démontre qu’il ne s’agit là que de poudre aux yeux. Aucune information préalable, aucune concertation, aucune transparence aussi bien vis-à-vis des familles que de l’Inspection d’Académie du reste… La moindre des choses aurait été de vous déplacer vous-même en conseil d’école, Monsieur le Maire, et de préférence avant de faire toute annonce dans la presse… Mais visiblement en quelques mois, vous avez perdu le goût subit qui vous était venu un temps pour la fréquentation des écoles bayonnaises. Alors vous préférez y dépêcher un fonctionnaire porter une parole politique et parler « au nom des élus » c’est-à-dire du maire absent et des deux adjointes assises à côté de lui : inconcevable… Déjà il y a quelques semaines, vous vous étiez opportunément éclipsé au moment de prononcer le mot du maire lors de la soirée d’ouverture du festival « Kulture Sport ». Une autre façon de ne pas assumer ses responsabilités. Un style politique peut-être.

Monsieur le Maire, l’éducation des jeunes Bayonnais et le quartier du Petit Bayonne méritent en tous cas une bien meilleure considération que celle que vous leur avez témoignée dans cette affaire. Personne dans notre ville ne supportera qu’ils puissent être sacrifiés au nom d’une tentative de sauvetage de votre mandat

Mes chers collègues, en l’état actuel de la situation c’est-à-dire en l’absence de solution satisfaisante qui garantisse le maintien d’une école maternelle et élémentaire au Petit Bayonne, ainsi qu’au vu de la manière désastreuse dont a été porté ce dossier jusqu’à présent, nous voterons contre cette délibération.

Je vous remercie de votre attention »

Retransmission des conseils municipaux : un pavé dans la mire ?

mairie-bayonne-1Lors des dernières séances, nous avons posé la question de la diffusion des Conseils municipaux et de leur accessibilité sur le web. Cette demande permettant à chacun et chacune de s’informer de la vie locale constitue un levier essentiel en matière de vie démocratique et de transparence de la vie publique d’autant que la salle du Conseil municipal est particulièrement exigüe pour le public. Lire la suite

Musée Bonnat-Helleu : un silence assourdissant pour la fermeture d’un joyau culturel

musée-bonnat-bayonneFermé depuis le 11 avril 2011 pour cause de travaux, dont l’achèvement était annoncé pour 2014, l’avenir du Musée Bonnat n’a fait l’objet d’aucune information publique. Notre groupe a donc mis a profit la question relative à la signature de la convention entre la Ville de Bayonne et la Société des Amis du Musée Bonnat-Helleu (qui œuvre malgré la fermeture pour assurer des animations de qualité) pour interroger les élus sur ce sujet d’autant que la délibération évoquait les « deux années qui précèdent les travaux ». La réponse du maire est malheureusement conforme à nos inquiétudes : les travaux commenceront/raient en 2016 pour une réouverture en… 2018. Lire la suite

De la mise à disposition des infrastructures sportives pour les scolaires

piscine-bayonne-1Monsieur le Maire, chers collègues,

Nous voterons bien évidemment cette délibération.

Cependant, au détour de cette question, nous entendons nous faire l’écho de revendications concernant certains établissements scolaires.

La politique menée en faveur du développement du sport à l’école est de longue date à mettre au crédit de la ville de Bayonne. L’accès aux équipements sportifs, la qualité de l’action du service municipal des sports et la compétence de ses intervenants en constituent les leviers essentiels. Lire la suite

Dispositif dernier kilomètre

quais-bayonne-2Monsieur le Maire, chers collègues,

Lors du CM du 5/06/14 nous vous avions fait part de notre perplexité devant le choix de la Sté HEMENGO ERLEA  pour la mise en place d’une chaîne logistique urbaine de distribution de marchandises avec des véhicules faiblement polluants et l’attribution d’une subvention de 100 000 euros sur 3 ans.

Cette société n’existait pas, ni au registre du commerce ni ailleurs, mais vous affirmiez qu’elle avait été choisie pour son expérience en matière de logistique urbaine, sa connaissance des caractéristiques de fret local, sa qualification et j’en passe…nous nous étions abstenus. Lire la suite

Une curieuse idée de la gouvernance et de la pratique démocratique

bayonne-1Une certaine idée de la sincérité politique…

Bien loin de se cantonner aux affaires scolaires, ce style politique tout en tromperie s’avère d’ores et déjà la marque de fabrique de la gouvernance Etchegaray. Moins de six mois après son élection, le maire n’a ainsi éprouvé aucun scrupule à annoncer que les promesses de campagne de son équipe de baisser la fiscalité locale (de 3 à 8 points) resteraient lettre morte. Pour notre part, nous nous étions refusés à de telles annonces que nous savions parfaitement impossibles à tenir dans le contexte budgétaire actuel. À chacun sa façon de considérer la valeur de la parole publique prise devant nos concitoyens. Mais à l’heure où notre société traverse une crise de confiance si sérieuse à l’égard du monde politique, chacun appréciera la contribution qu’y apporte J. R. Etchegaray à l’échelle bayonnaise. Lire la suite

Mise à disposition de locaux au profit du CCAS

CCAS-bayonne-1Monsieur le Maire, chers collègues,

Nous validerons votre demande relative à la signature d’une convention pour la mise à disposition des locaux du 17 Quai de Lesseps, au profit du CCAS de notre commune. Cette mise à disposition, qui existe depuis plusieurs années, permet à notre CCAS d’organiser une distribution de denrées alimentaires, comme il le fait aussi à l’Epicerie Sociale, Place des Gascons. Tout ceci entrant dans les missions du CCAS en direction des populations fragiles, en difficulté, en précarité. Lire la suite

Le maire joue « Tartuffe » à l’école de la Citadelle

Cette opération de « com » est aussi lamentable du point de vue de la morale et de labayonne-agglo-adour sincérité politiques. On fait difficilement plus hypocrite en effet, au moment même où l’UMP et l’UDI, dont M. Etchegaray est le chef de file local, claironnent à tout va que l’État dépense trop, qu’il doit faire deux fois plus d’économies et qu’il faut pour cela fortement diminuer le nombre de fonctionnaires y compris dans l’Éducation Nationale (30 % en moins d’après les dernières déclarations de N. Sarkozy). Sous le gouvernement de Droite, la doctrine était d’ailleurs celle du non-remplacement d’1 fonctionnaire sur 2, la disparition programmée des maîtres RASED (pour les élèves en difficulté) et des seuils d’ouverture de classe à 30 élèves… Si la Droite et les amis de J. R. Etchegaray revenaient aux affaires, on devine déjà le sort promis à toutes les écoles de Bayonne et d’ailleurs ! Lire la suite

L’urgence d’un CLSPD à Bayonne

confluence-bayonne-2Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance. – Attribution de subventions aux associations partenaires des animations mises en œuvre par le CLSPD

Monsieur le Maire, chers collègues,

Vous nous sollicitez pour approuver l’attribution de subventions à 6 associations ayant participé, début 2014, à des journées de sensibilisation aux conduites addictives d’une part et à la sécurité routière d’autre part. Nous voterons pour ces attributions financières car ces sujets sont importants et parce que nous voulons donner au CLSPD, les moyens nécessaires à la réalisation de ses missions. Le CLSPD, dispositif obligatoire dans les communes de plus de 10 000 habitants, est indispensable pour une réflexion et des propositions sur des champs tels que les incivilités, les conduites addictives, la vie nocturne, la sécurité routière, etc. Lire la suite